Sorties Dora Dorovitch Label EPK de Septembre 2019: Quand l’Aveyron sonne bon

Depuis 2000, l’équipe hétéroclite mais indissociable de Dora Dorovitch propose et apporte une vision de la musique tournée vers le mélange des styles, qui s’autorise la différence et se frotte à la marge. En effet, les acteurs de ce projet de manufacture alternative soutiennent depuis toujours des propositions singulières, hybrides et différentes en se jouant des styles et des étiquetages trop faciles, qu’ils n’hésitent pas à combiner au gré de leurs inspirations.Les sorties de Septembre D-FAZ & BrzowskyMalaad Roy, Swordplay sont à l’image de cette philosophie qui se joue des styles et des niches imposés par un système musical mercantile, dans lequel la forme prend le pas sur le fond, le quantitatif sur le qualitatif et, par dessus tout, le financier sur le développement artistique.Le duo Pierre The Motionless / Francis Esteves (Cisco) n’a de cesse d’accompagner et de promouvoir de nouveaux talents, en résonance à leurs sensibilités artistiques et essaie ainsi d’inscrire le label Dora Dorovitch dans la pérennité du milieu musical indépendant et alternatif, souvent fragile en terme d’existence. Exister pour donner un droit à la différence, digne de l’héritage DIY.Loin des stéréotypes du label qui se situe uniquement dans un système de production, les membres de Dora Dorovitch préfigurent peut-être le futur des labels indépendants, moins axés sur la production mais incluant l’aspect « outil de médiation et d’action culturelle».Pour preuve, Esteves Francis ( Ex Experience/Diabologum, Binard audio misfits, Dum Spiro..) vient d’être fraichement récompensé du prix départemental de l’Aveyron « Culture et Solidarité », pour ses différents projets hybrides et musicaux tant en milieu carcéral, qu’en unité de soin palliatif, voire encore avec des jeunes mineurs migrants non accompagnés…Avec comme vecteur le ALT Hip-Hop et le beatmaking.Rodez, ville du musée Soulages, cité culturelle en milieu rural devient, grâce a ce label, un lieu de convergence internationale d’une culture alternative Hip-Hop riche de ses valeurs fondamentales de musique engagée. Dora Dorovitch TeamPour découvrir le nouvelle album Paperwork de Swordplay c’est téléchargeable ici EPK Swordplay Paperwork .Swordplay s’est démarqué dans le hip-hop dès 2005 avec la sortie de The Tilt EP. En tirant de ses racines artistiques de la communauté punk/hardcore, Swordplay s’est distingué rapidement par sa voix toute en émotions et ses productions en tant que lead guitare.Depuis ses débuts, cet artiste prolifique a sorti plusieurs albums, dont Tap Water en 2013, qui le révèle au public outre-Atlantique en collaboration, avec le prestigieux beat maker d’Amiens, Pierre the Motionless,.S’ensuit une tournée mémorable aux les Etats-Unis, au Canada, au Mexique, et en Europe.Paperwork est le premier album de Swordplay depuis qu’il a déménagé de Richmond, en Virginie pour Berkeley, en Californie afin de terminer son cursus en Droit. Durant ces quatre dernières années quasi monacales, il a suivi avec assiduité des études et a obtenu avec succès son diplôme d’avocat. Il reste un des rares emcees à concilier des études supérieures avec une carrière artistique. A cette même époque, il écrit Paperwork un album qui retrace ce parcours atypique.Cette ambivalence a apporté aux textes de l’album une singularité proche d’une déclaration personnelle, dépassant de loin la frontière entre des mots intimes et le langage imposé par la bureaucratie universitaire. Même au-delà de cette réflexion, ses morceaux s’apparenteraient à un éloge funèbre des Etats-Unis. Au-dessus des hymnes percutantscomme « Time for Law » et puis des ballades de guitares plus douces comme « Oh, Sila », Swordplay allie le politique et le personnel, en effet tout en s’adressant au pouvoir législatif, il se confronte finalement à son propre rôle. 

Il y a ceux dont on reconnaît la patte, et ceux dont on reconnaît la griffe.
Trop tard pour crier au loup, D-FAZ revient ! c’est téléchargeable ici EPK D-FAZ & BrzowskiD-FAZ + Brzowski feat. OddateeeNé d’une rencontre entre ce trio de musiciens lyonnais et le vocaliste américainBrzowski, D-FAZ nous plonge dans un univers electro organique, délivrant la B.Ode notre monde en péril dans une illustration sonore tour à tour percussive etbruyante, sombre ou planante. Les textes, le flow et l’univers de Brzowskiforment ainsi un fil conducteur imperturbable, se frayant un chemin à travers lesinfluences communes de Hip hop, Rock Noise et Bass music. Une ligne deconduite se dégage, aborder des thèmes de société, parler du peuple, ici pas deplace à l’individualisme et à l’égocentrisme.De Portland, dans le Maine (USA), Brzowski est une figure incontestable de lascène indie hiphop depuis le début des années 2000, il a notamment joué auxcotés de EI-P, Ill Bill, Slaine, Busdriver, 2Mex, Killah Priest, Murs, GaslampKiller, Brother Ali, Doug E. Fresh . Spécialisé dans un style dense, sombre et trèslittéraire, Brzowski aborde des thèmes à la fois personnels et universels,brandissant un miroir sans vergogne de notre époque. Il a accumulé plus de 700concerts, parcourant les États-Unis, le Canada et l’Europe avec sa team deMilledPavement Records entre 2005 et 2018 En exclusivité le nouveau clip de Malaad RoyMALAAD ROY They all left EP ou comment le folk des grands espaces Américains embrasse l’écume de Bretagne c’est téléchargeable ici EPK Malaad RoyAprès la parution en autoproduction d’un premier EP solo “One Night, a Bottle of Wine & a Tape Machine” en 2016, le projet Malaad Roy gagne en maturité au fil des concerts et séduit le public avec humilité.Une guitare folk qui accompagne une voix venue conter des histoires tantôt réalistes, tantôt surréalistes mais toujours tournées vers les autres.En 2018, trois musiciens supplémentaires (Célia Huet, Jonathan Joly et Eric Hardy) viennent sublimer de nouvelles compositions le temps de l’enregistrement de ‘They All Left’, nouvel EP à paraître sur le label Dora Dorovitch.Sur disque, des instrumentations généreuses soutiennent une voix sensible, venue conter des histoires tantôt réalistes, tantôt surréalistes.Il est possible que cet EP soit imprégné de musique folk, mais pour Malaad Roy tout est folk, même le hip-hop. Il s’agit de sons produits par des hommes. Mais pour que l’on puisse les qualifier de folk, il faut qu’ils soient intégrés à la tradition orale, qu’ils soient transmis d’une personne à une autre. Il s’agit de quelque chose en constante évolution, d’une tradition vivante.En fait, sa musique folk au sens propre n’est que ce moment de partage, d’histoires de vie mises en chant et en musique par l’émotion propre de cet artiste.Sur scène, c’est seul que Malaad Roy se livre, tel qu’il est et invite l’auditeur à faire de même.ShareVous recevez cette lettre parce que vous avez écouté, soutenu, accueilli ou programmé les artistes de Dora Dorovitch ou certains de ses membres, ou bien parce que, pour une raison ou une autre en tout cas, nous avions des raisons de croire que nos aventures pouvaient vous intéresser, ou bien par hasard ou par erreur, ce sont des choses qui arrivent aussi. Si nous avons bien fait, tant mieux. Si cela vous importune, il suffit de se désabonner en cliquant au bon endroit ci-dessous.

Dora Dorovitch is a small capacity creative unit born 2003, France.Hosts a secret research department on non-sustainable music, other impossible projects…

« Elle a le regard fuyant, Dora. Elle ne regarde pas devant elle, plutôt au-delà, et n’a pas vraiment l’air de celle qui veut qu’on l’aborde. Ces temps-ci, on retrouve son nom et son portrait énigmatique sur une poignée de disques fatalement différent. Que Dora Dorovitch soit une personne réelle ou le fruit d’une imagination torturée, peu importe au final. Son faciès orne désormais les disques du label portant son nom Jeune label français monté en Aveyron par Cédric Sauvestre, Francisco Esteves et Guilhem Mo, Dora Dorovitch affirme, dés sa création il y a un peu plus de 10 ans, une singularité qui touche. Se définissant comme une “manufacture de projets matériels et immatériels“, Dora Dorovitch joue sur cette double image d’artisan – le label indépendant dans toute sa splendeur ? et d’artistes protéiformes ? la musique, l’art et les nouvelles technologies trouvent grâce à leurs yeux.
Cédric,Francisco (ex-Experience,fondateur de Binary audio Misfits)Guilhem Mo, Cédric 
Sauvestre, Pierre the Motionless avaient déjà quelques années d’activité avant de décider de monter leur label. Leur but – donner une chance à la différence – vaut tous les discours du monde. Aujourd’hui plusieurs artistes ou projets ont trouvés refuge chez Dora et les albums paraissent peu à peu depuis 2000.

Music doesn’t have to be a matter of business. It’s a matter of a passion and passionate people. Are you? Then connect, spread, contaminate.

DORA DOROVITCH WEBSITE
http://www.doradorovitch.fr

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s