Conférence sur la ruralité et l’hyper-ruralité-Retour sur les trois temps de la conférence-Extraits vidéos de la séance-

Ruralité et hyper-ruralité comme thématique de la première conférence organisée par l’association des professionnels de santé du Pays Ségali. L’idée a été lancée par Mr Mirous, pharmacien à Sauveterre-De-Rouergue. Une action qui a attiré plus d’une centaine de personnes venues écouter et échanger avec Le Docteur en sociologie et ethnologie Dorothée Serges-Garcia et Anne Blanc, députée de l’Aveyron.

Cette conférence s’est déroulée en trois temps. Tout d’abord, un « état des lieux » dressée par Dorothée Serges-Garcia sur la démographie, le vieillissement de la population, la désertification, l’accès numérique, le transport, l’emploi, l’attractivité du territoire et les prescriptions faites suite au rapport de l’ancien ministre en 2014.

Puis, Anne Blanc a complémenté l’intervention en qualité d’élue. D’abord maire de Naucelle, puis conseillère départementale et enfin Députée, elle a donné à voir la situation du Pays Ségali en terme d’emploi, de revitalisation et des pistes à explorer pour attirer de nouveaux arrivants mais également pour « garder » nos jeunes sur le territoire. La piste des structures de co-working a été évoquée. Deux projets sont d’ailleurs en avancement sur le Pays Ségali. Un espace serait situé à Baraqueville, un autre sur la commune de Naucelle.

La population présente lors de cette conférence a pu poser des questions, aborder des problématiques. Fermeture des lieux de vie tels que les cafés, les épiceries; des loyers élevés; le manque de transport, de commodités, de structures de formations.

A Sauveterre-De-Rouergue comme dans beaucoup de petites communes en France, les habitants ont l’impression que le dynamisme se perd. La qualité de vie devient assez floue puisque la perte des services publiques, des services de proximités est un frein au bien-vivre. Vivre à la campagne comporte des avantages mais la vie n’y est pas moins cher compte tenu des frais engendrés par le transport, la scolarité en internat des enfants notamment. La recherche de professionnels de santé s’avère également laborieux. Pour exemple, Docteur Galtier, médecin généraliste de la commune, peine à trouver un associé depuis plusieurs mois alors qu’il doit palier à l’arrivée des patients d’un collègue du secteur de Rieupeyroux, parti à la retraite. Jean-Pierre Mirous passe des heures à trouver des professionnels qui souhaiteraient s’installer au pôle santé flambant neuf. A force de persévérance, deux orthoptistes viendront exercer une journée par semaine à la fin du second trimestre 2019 normalement.

Beaucoup de problématiques restent donc à résoudre pour améliorer et optimiser l’attractivité du territoire en Pays Ségali, qui ne semble attirer principalement que des jeunes retraités à la recherche d’une maison et d’un bout de jardin à coût modéré.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s